Dr. Otto Röhm, l'inventeur du PLEXIGLAS®

© Evonik Industries AG, Konzernarchiv Hanau

Otto Röhm : Inventeur et entrepreneur

Otto Röhm, chimiste et pharmacien de formation, était une personne fascinante: il ne fut pas que le fondateur de la société Röhm & Haas, il a également participé à de nombreuses découvertes - et notamment, à la création du PLEXIGLAS®.

Otto Röhm était un scientifique curieux toujours en quête de nouveaux apprentissages. Comment pourrait-on autrement expliquer qu'il ait participé à plus de 70 inventions différentes ? Son plus grand succès à ce jour encore : le PLEXIGLAS®. Pour découvrir ce matériau, il lui fallut beaucoup de courage et de patience.

Soif de connaissance et génie inventif

Otto Karl Julius Röhm est né le 14 mars 1876 à Öhringen/Royaume du Wurtemberg. Une fois sa scolarité terminée, en 1891, à l’âge de 15 ans, il suivit une formation d’apprenti pharmacien. Ces années d’apprentissage ne furent pas sans peine. Il travaillait de 7 à 22 heures – et n’avait presqu’aucun jour de libre. À la fin de sa formation, Otto Röhm travailla encore trois années comme apprenti dans différentes pharmacies. Une fois son apprentissage terminé, il poursuivit ses études et fut diplômé pharmacien en 1899. L’obtention de son diplôme lui ouvrait enfin les portes du département de chimie de l’université de Tübingen. En 1901, il termina ses études et obtint son doctorat. Le sujet de sa thèse -« les produits de polymérisation des acides acryliques » – se révéla par la suite décisive dans l’évolution de son entreprise Röhm & Haas.

L'inventeur du PLEXIGLAS®, Otto Röhm, apprenti pharmacien, en 1894

Otto Röhm, apprenti pharmacien, en 1894

De 1891 à 1894, Otto Röhm termina son apprentissage en tant qu’apprenti pharmacien. Quelques années plus tard, il obtenait son diplôme de pharmacien.

© Evonik Industries AG, Konzernarchiv Hanau

De l'enzyme au PLEXIGLAS®

Riche de ses formations – car Otto Röhm était non seulement pharmacien mais aussi chimiste. Il disposait donc de nombreux atouts pour développer un matériau aussi révolutionnaire que le PLEXIGLAS®. Au début du 20ème siècle, alors que l’Allemagne devenait l’une des plus grandes nations industrielles, ce personnage talentueux se focalisa sur un domaine de production que les innovations de l’industrialisation avaient jusqu’alors délaissé : la tannerie. Il fut le premier chimiste à même d’isoler les enzymes, ce qui lui permit de développer un tout nouveau procédé de décapage pour l’industrie du cuir. Avec son produit OROPON®, Otto Röhm rendit le procédé de décapage plus hygiénique tout en en améliorant les résultats. Jusqu’alors, les tanneurs travaillaient avec des déjections animales. La demande d’OROPON® fut telle qu’en 1907, Otto Röhm fondait avec Otto Haas la société en nom collectif Röhm & Haas.

Parallèlement à leurs utilisations dans les industries textile et du cuir, la recherche sur les enzymes servit également les domaines suivants : Otto Röhm et son équipe créèrent des produits nettoyants et cosmétiques ainsi que des préparations pharmaceutiques pour le traitement des plaies et pour faciliter la digestion. En outre, on eut également recours aux enzymes dans la fabrication des pâtisseries et des jus de fruits.

Otto Röhm comme supérieur hiérarchique

Otto Röhm, sur cette photographie de 1937 avec son premier et son millième collaborateur, était connu comme un chef ponctuel et économe. À ses débuts, il se rendait à l’usine à pied, comme ses collaborateurs. On raconte même qu’il lui arrivait souvent de courir le long du chemin pour ne pas risquer d’arriver en retard. Ses collaborateurs lui emboitaient alors le pas et l’on voyait ainsi toute une procession arrivant à l’usine au petit trot, le chef devant et les salariés derrière.

© Evonik Industries AG, Konzernarchiv Hanau

La voie de la recherche des matériaux synthétiques

Une fois les affaires lancés, Otto Röhm put enfin, en 1912, se lancer dans la recherche de matériaux synthétiques. Un pas osé, car ce domaine n’avait rien de commun avec les différents métiers de l’entreprise, était extrêmement onéreux et n’offrait aucune perspective en matière de débouchés immédiats. Investir dans ces installations entièrement nouvelles exigeaient beaucoup de courage et de clairvoyance – ce qui était une caractéristique quotidienne du travail chez Röhm & Haas. On raconte que le fondateur de la société se rendait chaque jour dans les laboratoires et la production, parlait avec les chimistes et s’informait des dernières nouveautés. « Pour croire en quelque chose, je l’essaie » était un de ses leitmotivs.

Walter Bauer

C’est en 1918 que Walter Bauer fut embauché comme chimiste par la société Röhm & Haas alors que la chimie d’acrylate n’en était encore qu’à ses débuts. En tant que directeur de laboratoire, il avait déjà à son actif le verre de sécurité LUGLAS® – la première application de matériaux plastiques de la société. De la même manière, ses recherches furent décisives pour la découverte du PLEXIGLAS® : avec son équipe, ils conçurent les techniques de moulage des plaques de PLEXIGLAS® ainsi que les processus de production des tubes en PLEXIGLAS® par polymérisation par centrifugeuse.

© Evonik Industries AG, Konzernarchiv Hanau

Le PLEXIGLAS® – le fruit du hasard

À la fin des années 20, après plusieurs succès dans le domaine des acrylates, Otto Röhm se tourna vers les méthacrylates. Son directeur de laboratoire, Walter Bauer, fit des recherches afin de définir les propriétés des méthacrylates pour réaliser du verre feuilleté. Les recherches de Walter Bauer révélèrent que le polyméthacrylate de méthyle (PMMA) était un matériau dur et transparent – contrairement aux acrylates sur lesquels les recherches s’étaient auparavant focalisées. Lorsqu’Otto Röhm vit le premier test de PMMA, il opta immédiatement pour un développement immédiat de ce matériau synthétique. Les expérimentations suivantes permirent à l’équipe de chercheurs de contrôler le matériau brut, en le polymérisant entre deux plaques de verre : ils obtinrent ainsi de fines plaques de verre acrylique qu’Otto Röhm fit enregistrer comme marque déposé, en 1933, sous le nom de PLEXIGLAS®.