Francfort, la capitale secrète

© HMF, Petra Welzel

Une boule à neige géante met les différentes facettes de la ville en scène

Les musées sont friands de modes de présentation inattendus. C'est dans une boule à neige géante en PLEXIGLAS® que le musée historique de Francfort présente différentes maquettes de la ville.

Cette boule à neige n'est pas seulement un modèle d'exposition, elle est en soi une curiosité : elle est le globe géant en PLEXIGLAS® du musée historique de Francfort qui renvoie aux boules à neige. À l'intérieur du globe sont exposées différentes vues de la ville qui sont auparavant spectaculairement tirées du sous-sol par un robot industriel, qui se trouve dans une des pièces souterraines, et qui porte la ville. Ce n'est pas seulement intéressant et passionnant - c'est une manière nouvelle de présenter des modèles d'exposition.

À l’aide d’un bouton de commande, les visiteurs choisissent eux-mêmes laquelle des huit maquettes ils veulent regarder. « Les visiteurs adorent et restent le nez collé à la vitre de la coupole en PLEXIGLAS®. Ils peuvent alors observer avec précision le travail du robot qui, avec les maquettes de la ville, demeure dans une pièce éclairée du sous-sol de la boule à neige », ajoute fièrement le Dr. Jan Gerchow, directeur du musée. « En principe, c’est comme un grand juke-box. »

Découvrez la boule à neige géante du musée historique de Francfort. / Source : YouTube/inSynergie GmbH

Le mariage d'une boule à neige et d'une présentation multimédia

Les modélisations ont été réalisées par des artistes internationaux et ne présentent pas tant les périodes historiques de la ville que ses différentes facettes : la ville financière, la ville criminelle, la ville des grands chantiers, etc. Lorsqu’une des maquettes se fraye un chemin vers le haut de la boule -qui est plus haute qu’un homme debout- des vidéos relatives au thème sélectionné sont projetées sur les murs environnants. « C’est une mise en scène spectaculaire et poétique, non bruyante, qui laisse aux visiteurs le loisir de s’imprégner des images et de l’atmosphère créées par l’artiste », explique le Dr. Jan Gerchow.

Pour lui, la boule à neige est « l’élément le plus insolite de tout le musée ». « Je suis convaincu que chacun des visiteurs s’y arrête et la fait fonctionner », ajoute le Dr. Jan Gerchow. De là à dire que chacun des visiteurs observe les huit modèles qui y sont exposées, voilà qui est moins certain. Car il faut en tout six minutes pour faire « monter » une des maquettes. En effet, le robot a besoin de trois minutes pour réaliser le processus de montée et de descente et la modélisation sélectionnée reste ensuite trois minutes exposée dans le globe, où elle tourne sur elle-même et est éclairée.

Faits et chiffres sur la boule à neige en PLEXIGLAS®

Pour réaliser le globe de la boule, il fallut thermoformer une plaque en PLEXIGLAS® GS pesant près de 320 kilogrammes. Une fois terminée, la boule a un diamètre de 2,40 mètres, une hauteur de 1,60 mètre (sans le socle), mesure trois centimètres d’épaisseur pour un poids net de 210 kilogrammes. Elle est absolument transparente, lisse et sans joints. Elle permet ainsi aux visiteurs du musée historique de Francfort d’observer, sans aucune déformation, les modèles d’exposition à l’intérieur du globe. Le globe en PLEXIGLAS® a été fabriqué par les experts de l’entreprise Birkholz Kunststoffwerk GmbH d’Heppenheim.

Une vue sans aucune déformation des modèles d'exposition

Le globe a été réalisé en PLEXIGLAS®, le verre acrylique de marque d’Evonik. Pourquoi ? « En raison de l’effet optique. Le globe ne devait pas avoir de teinte propre, pas même une nuance, et devait pouvoir être poli plusieurs fois. Ce qui correspond exactement aux caractéristiques du PLEXIGLAS®. Il est parfaitement transparent et, même courbe, il offre une visibilité sans aucune déformation sur les modèles exposés à l’intérieur de la boule à neige », explique Thomas Schmitt, directeur de Birkholz Kunststoffwerk GmbH, qui a fabriqué le globe à la demande du maître d’œuvre de l’installation, la société inSynergie GmbH. « Aucun autre matériau existant ne permet d’obtenir une telle perfection optique – et là, je ne parle même pas des dimensions du globe ! »

Il fallait une plaque de PLEXIGLAS® encore plus grande

De l’idée à la réalisation, le chemin fut parsemé d’embûches et la production de la coupole du globe fut un défi en soi. En effet, Thomas Schmitt et son équipe s’engageaient en terre inconnue : « Nous formons souvent des plaques de plastique transparent, mais de cette dimension ! Cela ne nous était jamais arrivé », raconte Thomas Schmitt. Les dimensions normales d’une plaque de PLEXIGLAS® GS de trois centimètres d’épaisseur sont de deux fois trois mètres. Ce n’était pas assez pour réaliser la coupole de la boule à neige. C’est pourquoi la société Evonik nous a livré un bloc de six mètres sur trois, qu’elle utilise couramment pour réaliser des aquariums géants impressionnants et des piscines spectaculaires. Ce bloc devait suffire pour réaliser un test de thermoformage et fabriquer le globe de la boule à neige.

Aucun autre matériau existant ne permet d'obtenir une telle perfection optique - et là, je ne parle même pas des dimensions !

Thomas Schmitt
directeur de la société Birkholz Kunststoffwerk GmbH

Premier essai raté

Dans un premier temps, les spécialistes en matériau plastique de la société Birkholz chauffèrent deux heures durant le PLEXIGLAS® dans un four à 180°. Il fallut d’abord transformer le four, car il ne pouvait alors accueillir des matériaux de plus de 2,70 mètres de largeur. Une fois chauffé, le verre acrylique fut étiré sur un moule creux en mousse. Des pompes à vide aspirèrent le matériau à l’intérieur de la matrice où il prit la forme d’une boule. Mais le résultat ne fut pas probant : le sommet de la boule était bien trop fin.

Remodelage réussi au quatrième essai

Le moule creux fut retravaillé et des modifications furent apportées à l’installation de chauffage comme au cadre de serrage. Thomas Schmitt et son équipe bricolèrent, modifiant les paramètres, et durent même commander un deuxième bloc de PLEXIGLAS® – et, surprise : le remodelage réussit au quatrième essai. « Ce fut une grande victoire pour toute l’équipe. Réaliser une demi-sphère ne posait aucun problème. Mais une boule à neige ne s’arrête pas à mi-chemin mais se réduit vers le socle. C’était là la difficulté principale – nous ne l’avions jamais fait auparavant », raconte Thomas Schmitt.

Après refroidissement, les experts purent extraire le globe du moule. Le projet n’en était pas fini pour autant, loin s’en faut ! « Tout le globe fut alors méticuleusement poncé et poli à la main, par deux personnes, pendant deux semaines, jusqu’à obtenir une surface brillante comme le diamant », explique Thomas Schmitt.

Transfert avec une grue à l'intérieur du musée

Les 60 kilomètres de transport d’Heppenheim à Francfort se firent sans incident aucun. Sur place, une grue fit passer les 210 kilogrammes du globe de la boule à neige par une des ouvertures vers les sous-sols du musée. « L’union du globe et de son socle fut un moment mémorable. Nous étions simplement heureux et fiers de voir notre concept aussi parfaitement abouti », raconte Thomas Schmitt.

Pour voir la vidéo de la livraison du globe de la boule à neige et de ses fonctionnalités. / Source : YouTube/inSynergie GmbH

 À ce jour, nous n'avons eu que de bonnes expériences avec le PLEXIGLAS®.

Dr. Jan Gerchow
directeur du musée historique de Francfort

Depuis la réouverture du musée en octobre 2017, les visiteurs sont subjugués par la boule à neige qui brille comme à son premier jour. « Nous sommes particulièrement satisfaits de ce modèle d’exposition. Il faut avouer qu’à ce jour, nous n’avons eu que de bonnes expériences avec le PLEXIGLAS®. Pour ce qui est du globe, la forme arrondie était un véritable défi pour ce matériau », dit le Dr. Jan Gerchow. « La boule à neige est une véritable curiosité en soi, à même de ravir toutes les générations. »