Toile acoustique en PLEXIGLAS® aux éclairages colorés

© Lichtobjekte estol GmbH

De petits miracles technologiques qui éclairent

Dans un concert, rien n'importe plus que la qualité du son. À Hanovre, la maison de la radio (Norddeutscher Rundfunk - NDR) a choisi d'équiper sa salle de concert avec des toiles acoustiques en PLEXIGLAS®, améliorant ainsi tant la qualité sonore que le décor scénique.

Dans la grande salle de radiodiffusion, l'orchestre philharmonique de la NDR y joue presque quotidiennement. Malheureusement, la forme hexagonale de la pièce et son plafond en carreaux imbriqués ne permettent pas de rendre une qualité acoustique optimale. Pour parer à ce handicap, des toiles acoustiques isolantes en PLEXIGLAS®, qui sont par nature d'excellents conducteurs d'ondes sonores , ont été installées au plafond. Non seulement ces toiles permettent de rendre un son parfait mais en plus, du fait de leurs éclairages intégrés, elles habillent littéralement l'espace scénique.

Des conditions difficiles

Si chaque concert est unique, la qualité acoustique n’en est pas moins un impératif pour tous les concerts. Mais avec 140 musiciens sur la scène et une salle pouvant accueillir jusqu’à 1 200 personnes, sans parler des conditions spécifiques inhérentes à chaque concert, on peut aisément s’imaginer les défis acoustiques à surmonter pour obtenir, à chaque fois, le meilleur son possible. De plus, la forme hexagonale de la pièce et les revêtements en bois stratifiés du plafonnier de la grande salle historique de radiodiffusion de la NDR à Hanovre compliquent particulièrement le rendu acoustique de la salle. « Le son s’y déplace très lentement et il lui faut beaucoup de temps pour traverser la salle. Cela complique énormément la synchronisation musicale, » explique Michael Lahme, directeur de la société Lichtobjekte estol GmbH et développeur technique des toiles acoustiques. « La maison de la radio nous a demandé de concevoir un nouveau type de plafonnier qui soit à même d’améliorer la qualité acoustique de la salle. »

Des toiles acoustiques amovibles

Pour les techniciens d’estol, c’était une véritable gageure : « Normalement, la focalisation de nos projets se fait sur la qualité et la personnalisation de l’éclairage, » raconte Michael Lahme. « Nous avions certes déjà réalisé des luminaires qui absorbent les sons. » Mais pour la maison de la radio à Hanovre, il nous fallait réfléchir les ondes sonores de façon guidée afin d’en optimiser la portée comme la rythmique, tant pour les musiciens que pour le public. Le résultat se devait bien sûr d’être performant et les toiles acoustiques devaient de surcroît s’intégrer et optimiser l’espace scénique.

Mettre en forme

Le PLEXIGLAS® LED est le matériau idéal pour ce projet.

Michael Lahme
directeur de la société Lichtobjekte estol GmbH

« Il nous fallait impérativement un matériau dense car seul un matériau doté d’une grande densité est à même de réfléchir au mieux les basses des instruments. En outre, il nous fallait un matériau qui soit également un excellent conducteur de lumière, » raconte Michael Lahme. « Nous connaissions déjà le PLEXIGLAS® LED car nous l’avions déjà utilisé dans d’autres projets. Son double éclairage par le chant était idéal pour ce nouveau projet. » Le faible poids comme la simplicité de mise en forme du verre acrylique de marque d’Evonik étaient également des arguments qui parlaient pour la choix de ce matériau. De fait, à partir de son point d’émission, le son se disperse normalement de façon symétrique dans toutes les directions. Lorsqu’il rencontre une surface, le son peut être soit réfléchi, soit arrêté. Afin de conduire le son aussi bien dans l’orchestre que dans la salle, les 16 plaques en PLEXIGLAS® LED furent tout d’abord travaillés par les spécialistes en transformation de matériaux plastiques de la société Firma Kreideweiss GmbH et formés de façon concave. Après quoi elles furent encollées, avec ACRIFIX®, avant d’être suspendues au-dessus de l’espace scénique.

Des toiles acoustiques individuellement réglables

Le PLEXIGLAS®, un merveille acoustique

Afin de positionner les toiles de façons optimale, les musiciens jouent d’abord tous les scénarios possibles pendant deux jours dans la salle et les mesures de propagation ont lieu. Après ces mesures, à chaque concert et en fonction de chacune des séquences, le positionnement de chaque toile est réglé optimalement depuis le pupitre de commande.

Sur la scène, le nombre de musiciens est variable. Il nous fallait donc impérativement pouvoir adapter à chaque concert la propagation sonore dans la salle. C’est pourquoi nous avons fini par fixer sept des toiles acoustiques au plafond. Les neuf restantes sont réglables. Leur hauteur et leur inclinaison varie en fonction de la représentation, comme par exemple un grand orchestre, un solo ou bien encore un orchestre de chambre. « En fonction du nombre et de la disposition des musiciens sur la scène, on positionne les toiles de façon spécifique, » ajoute Michael Lahme. « Elles offrent donc l’avantage de la flexibilité par rapport à un plafonnier traditionnel d’une seule pièce. »

Des éléments agréablement colorés

L'éclairage de surface des toiles en PLEXIGLAS®, avec ses 16 millions de teintes, transforme à chaque concert l'espace scénique en une symphonie de couleurs.

Michael Lahme
directeur de la société Lichtobjekte estol GmbH

Les toiles habillent également agréablement la grande salle de radiodiffusion : leur éclairage permet d’illuminer la scène de façon parfaite et les transforme en plafonniers uniques. Des LED haute puissance colorés sont utilisés pour leur éclairage. La lumière en tant que telle est introduite par deux chants de chacune des plaques en PLEXIGLAS® LED. « Les excellente propriétés de diffusion de la lumière du PLEXIGLAS® permettent de la diffuser de façon homogène à travers toute la toile acoustique, » précise Michael Lahme. « Le résultat : est un objet lumineux plein d’élégance et qui peut briller de 16 millions de teintes. » Inutile de spécifier que les toiles acoustiques en PLEXIGLAS® ne font pas qu’optimiser la qualité acoustique de la salle mais qu’elles l’habillent littéralement.