© Bernward Bertram

Plus de lumière et de couleurs pour les Nibelungen

Chaque année, le festival des Nibelungen enchante des milliers de spectateurs sur le parvis de la cathédrale de Worms. Quelque soit la mise en scène, le PLEXIGLAS® est presque systématiquement un élément du décor.

En 2003, par exemple, c'était un cheval. Le destrier de la reine islandaise Brunhild. Dans sa mise en scène des "Nibelungen", le royaume de Brunhild étant un pays de neige et de glace, Dieter Wedel a eu l'idée de réaliser un immense cheval dans un matériau le plus transparent possible, à savoir du pur PLEXIGLAS®.

L’ingéniosité de cet animal, haut  de quatre mètres et long de trois, en verre acrylique de la marque Evonik vient essentiellement du fait qu’il ne se composait que d’une armature rigide autour de laquelle on avait collé des plaques de PLEXIGLAS® de différentes tailles. Pour renforcer l’ambiance mystique, des projecteurs y étaient discrètement encastrés et de ses naseaux sortait de la vapeur. Il pesait trois tonnes et était indéniablement le clou du spectacle.

Solide et lumineux

Et ce ne sont pas les seuls arguments pour incorporer ce matériau aux usages multiples sur la scène : en 2015, par exemple, il fut utilisé comme matériau de base pour construire l’immense table du banquet final d’Etzel, roi des Huns. Dans le chant des Nibelungen, ce festin est à l’origine d’un terrible carnage et sonne le déclin sanglant et enflammé des Nibelungen. La table, qui semble être en bois massif, devient alors d’un rouge incandescent – car ce meuble n’est pas en bois mais uniquement construit en PLEXIGLAS® original et éclairé de l’intérieur.

En 2016, le festival se fait contemporain : « Or – Le film des Nibelungen » met en scène le tournage de l’épopée lyrique. Il s’agit là d’un théâtre dans le théâtre pour lequel le PLEXIGLAS® original joue un rôle central. Les loges dans lesquels les acteurs se retirent pendant les pauses du tournage sont entièrement transparentes. Grâce à cette astuce scénique, les spectateurs y voient toujours les personnages et découvrent leurs pensées et sentiments les plus intimes. Robuste et translucide tout à la fois, le verre acrylique de marque PLEXIGLAS® est tout simplement le matériau idéal pour ce type de mise en scène. De plus, la possibilité de l’éclairer par le chant, permet de créer les tonalités adéquates, comme par exemple, une atmosphère de fin du monde rouge sang lorsqu’une querelle éclate au sein de la troupe.

Essentiel dans l'impression générale

Et ce ne sont que trois des nombreux exemples de la grande histoire du festival des Nibelungen de Worms où le PLEXIGLAS® original joue un rôle majeur dans la mise en scène. Bien que le verre acrylique de marque n’ait pas toujours occupé une place si dominante sur la scène du festival ces dernières années, il n’y a pourtant pas une seule représentation où le PLEXIGLAS® n’a pas été présent. Il est même apparu parfois de façon si discrète qu’il aurait pu passer presque inaperçu. Mais sa spécificité technique d’élément conducteur de lumière a toujours pris une place prépondérante pour surligner l’impression générale de la représentation. En effet, ce matériau est particulièrement adapté pour diffuser une lumière homogène et, de ce fait, pour créer des ambiances spécifiques. C’est exactement l’effet obtenu avec la table rouge luminescente ou le destrier géant, aussi mystique que glacé.

Les Nibelungen

Au cours des siècles, en Allemagne et en Scandinavie, l’épopée lyrique des Nibelungen s’est transmise oralement et a subi de multiples transformations. La version scripturale la plus connue de « la chanson des Nibelungen » date du 13ème siècle. Dans ce récit, le preux chevalier Siegfried triomphe d’un terrible dragon, devient invulnérable en se baignant dans son sang, et arrive à la cour du roi burgonde Gunther. Par la ruse, il arrange le mariage de Gunther avec la walkyrie Brunhild, reine d’Islande, et obtient en échange la main de Kriemhild, sœur de Gunther. Par la suite, sur le parvis de la cathédrale de Worms, se produit la célèbre scène de « la querelle des reines » entre Kriemhild et Brunhild. La dispute s’envenime et conduit à l’assassinat de Siegfried par Hagen, l’homme de confiance de Gunther. Le récit se termine avec la vengeance de la reine Kriemhild, qui utilise Etzel, roi des Huns, pour se venger de son frère et faire massacrer tous les burgondes. Comme ce conte puise à différentes sources, il est riche de plusieurs versions qui peuvent être contradictoires ou faire intervenir différents personnages issus d’autres récits.

Une relation étroite

De fait, Worms n’est pas seulement le théâtre de la chanson des Nibelungen, où Brunhild et Kriemhild se querellent sur le parvis de la cathédrale, c’est également le site sur lequel Evonik produit son matériau PLEXIGLAS®. C’est là que les matières premières sont transformées en méthacrylate de méthyle (MMA) puis polymérisées. La collaboration était inévitable : Evonik n’est pas seulement un sponsor mais bien un vecteur de sens dans la représentation. Il est partie prenante du spectacle comme de la logistique : chaque année, pendant les deux semaines du festival, le parc devant la cathédrale de Worms devient le point de rencontre des spectateurs et des curieux et se transforme au gré des tentes, des stands et des illuminations. Ces dernières années, la plupart des enseignes lumineuses et les éclairages des stands étaient en PLEXIGLAS® original. Véritable conducteur de lumière et offrant de multiples possibilités de traitement, ce matériau n’est pas seulement un composant parfait des décors de scènes innovants, c’est également un excellent produit pour les luminaires, enseignes lumineuses et éléments de design.

Soit dit en passant, le cheval de la reine Brunhild existe encore. Maintenant, ces éléments du décor sont exposés devant le portail d’Evonik à Worms. Worms, Nibelungen et le PLEXIGLAS® original – un mariage réussi.