Otto Röhm, fondateur de la société Röhm & Haas et père du PLEXIGLAS®

© Evonik

Comment le PLEXIGLAS® fut créé

PLEXIGLAS® est un des plastiques les plus connus mondialement. Pourtant, le hasard n'est pas pour rien dans la création de ce matériau.

Les grandes nouveautés réclament leur part d'audace. Au début du 20ème siècle, Otto Röhm (voir image ci-dessus) alliait courage et ténacité en s'adonnant à la recherche des matériaux plastiques et en créant, en 1933, le PLEXIGLAS®.

L'audace décisive

Otto Röhm

Lors de ses études d’assistant pharmacien, à Munich et à Tübingen, Otto Röhm (voir image ci-dessus; 1908) se forma aussi bien en pharmacie qu’en chimie. En 1901, sa thèse de doctorat portait sur « Les matériaux polymères de l’acide acrylique ». Six ans plus tard, avec Otto Haas, il fondait la société Röhm & Haas. C’est essentiellement dans le domaine des matériaux synthétiques qu’Otto Röhm fut un véritable pionnier. Il créa notamment de nombreux composés d’acrylate et de méthacrylate. Mais sa véritable trouvaille eut lieu en 1993 quand, avec ses collaborateurs, il découvrit le PLEXIGLAS®.

Il lui en fallu de l’audace pour changer ainsi le domaine de recherche de son entreprise et de celle d’Otto Haas. En effet, créée en 1907, l’usine chimique Röhm & Haas n’avait jusqu’alors vendu que des produits pour les industries du cuir et du textile. À l’époque, la recherche sur les produits synthétiques étaient extrêmement coûteuse et n’offrait aucune perspective à court terme.

Pourtant, Otto Röhm plongea avec ardeur dans ce domaine de recherche aux débouchés incertains. Déjà en 1901, avec sa thèse sur « Les matériaux polymères de l’acide acrylique », il s’était notamment intéressé à la « modification solide » d’un polymère d’ester acrylique – une masse incolore, transparente et très élastique qui ne se dissout pas dans l’eau. Otto Röhm était convaincu de pouvoir développer des applications économiquement exploitables à partir de ce matériau. Décidé à développer la recherche pour trouver des processus appropriés pour créer des esters acryliques ayant une utilisation potentielle, il baptisa son nouveau domaine de recherche « le travail du caoutchouc ».

Quand la recherche prend de la vitesse

À la fin de la première guerre mondiale, il fut enfin possible de réaliser des investissements plus important dans la recherche des matériaux synthétiques. C’est à partir de là qu’une des équipes de la société Röhm & Haas s’y consacra exclusivement. La recherche en tant que telle fut aussi laborieuse que coûteuse et provoqua même de nombreuses explosions. De plus, l’IG Farbenindustrie AG en tête, les grosses entreprises se lançaient également activement dans le secteur. Comparés à ces concurrents puissants, l’équipe de recherche Röhm & Haas était aussi infime que dotée de moyens rudimentaires.

La première application du matériau : le verre de sécurité LUGLAS

À la fin des années 1920, les chercheurs de Darmstadt réalisèrent leur premier succès : on cherchait à l’époque comment réaliser du caoutchouc synthétique et Otto Röhm voulait découvrir comment produire un « caoutchouc acrylique ». Il n’y parvint certes pas mais créa le LUGLAS, un verre de sécurité utilisé pour produire des pare-brises et qui permit à la société, en 1928, de s’établir sur le marché des acrylates.

Le PLEXIGLAS® est l'aboutissement de la recherche en matière de matériaux plastiques

Dans les années 1930, les chimistes du monde entier faisaient avancer la recherche sur les matériaux plastiques à toute vitesse. En une décennie, ils découvrirent les matériaux plastiques actuels les plus importants. À Darmstadt, la société Röhm & Haas développa parallèlement ses propres recherches. Après leur succès avec l’acrylate, ils se concentrèrent sur le méthacrylate de méthyle. C’est là qu’Otto Röhm et son équipe firent le pas décisif : ils découvrirent le polyméthacrylate de méthyle (PMMA) qui, bien plus que les précédentes recherches d’acrylate, permit de réaliser un matériau dur et transparent.

Comme souvent en matière de recherche, le hasard leur donna un léger coup de pouce. Un des échantillons du méthacrylate de méthyle (MMA) monomère fut conservé dans une bouteille sur le bord d’une fenêtre. En l’éclairant, la lumière du jour provoqua une réaction de polymérisation. La bouteille explosa, laissant un bloc de polyméthacrylate de méthyle (PMMA). Les expérimentations suivantes permirent de contrôler le matériau brut, en le polymérisant entre deux plaques de verre, et d’obtenir ainsi de fines plaques de verre acrylique. Ce nouveau matériau fut baptisé PLEXIGLAS et fut enregistré comme marque en 1933.

L'origine du nom PLEXIGLAS®

L'origine du nom PLEXIGLAS®

L’appellation PLEXIGLAS® tire son origine de son prédécesseur, le PLEXIGUM, matériau et solution de plastique résineux sur lequel les chercheurs en technologie plastique de l’usine travaillait alors. Avec le PMMA, les chercheurs furent fascinés d’avoir découvert un « verre organique »et décidèrent de le nommer PLEXIGLAS®. C’est ainsi que la désignation « PLEX » devint la signature naturelle des produits Röhm & Haas, et tout particulièrement Röhm.

© Evonik